Ralph Thamar - Exil

		 
J'ai si longtemps rêvé de ce pays lointain 
que j'ai réinventé ses bruits et ses parfums
Les rythmes d'aujoud'hui mêlés au sons d'hier 
scandent ma nostalgie, réchauffe mon hiver 
Parfois île volcan 
et parfois île fleur 
J'en connais les beauté 
J'en connais les douleurs 
Des contes oubliés naissent du souvenir
Entre les pleurs on se prend à rire 

Nou ja maché an tout koté 
Ni lontan nou ka vwayajé 
Dépi tan-an nou ka drivé 
Atjèlman nou la nou rivé 
Jòdijou nou ké janbé dlo-a
Nou ja konnèt tout péyi 
An vyé chanson ka di : man pa moun lòt bò, man sé moun isi 

Je suis né loin d'ici pourtant je suis d'ici 
Je reconnais des mots que je n'ai pas appris 
Et la voix [douce amer] 
La voix de l'orphelin 
redit des mots, les mots qui ont faim 

Nou ja maché an tout koté 
Ni lontan nou ka vwayajé 
Dépi tan-an nou ka drivé 
Atjèlman nou la nou rivé 
Jòdijou nou ké janbé dlo-a
Nou ja konnèt tout péyi 
An vyé chanson ka di : man pa moun lòt bò, man sé moun isi 

Ouh ouh
Ouh ouh

Je suis né loin d'ici pourtant je suis d'ici 
Je reconnais des mots que je n'ai pas appris 
Et la voix [douce amer] 
La voix de l'orphelin 
redit des mots, les mots qui ont faim 

Nou ja maché an tout koté 
Ni lontan nou ka vwayajé 
Dépi tan-an nou ka drivé 
Atjèlman nou la, nou rivé 
Jòdijou nou ké janbé dlo-a
Nou ja konnèt tout péyi 
An vyé chanson ka di : man pa moun lòt bò, man sé moun isi 

Nou ja maché an tout koté 
Ni lontan nou ka vwayajé 
Dépi tan-an nou ka drivé 
Atjèlman nou la, nou rivé 
Jòdijou nou ké janbé dlo-a
Nou ja konnèt tout péyi 
An vyé chanson ka di : man pa moun lòt bò...